Comment nourrir son microbiote ?
Santé
Vous savez sans doute que des micro-organismes tapissent votre intestin, surtout au sein de votre côlon. Vous entendez parler sans cesse du microbiote intestinal et vous souhaitez savoir comment en prendre soin. Contrairement à ce que certains articles ou allégations vous font croire, ce n'est pas simple de savoir ce qu'est un microbiote sain. Par contre, il existe un moyen très simple d'en prendre soin.
Médecin nutritionniste
Pas un seul article ne parle de lui sans vous donner quelques conseils pour le chouchouter : consommer ou éviter tel aliment ou telle boisson, prendre tel complément alimentaire, etc.
Essayons de comprendre ce que les autres sources d'information entendent par nourrir son microbiote.
Nourrir son microbiote, qu'est-ce que cela veut dire ?
Ce que les médias véhiculent
Dans la grande majorité des articles pour le grand public, prendre soin de son microbiote veut dire beaucoup de choses plus ou moins disparates.
Des indicateurs cliniques comme le ventre plat ou la diminution des inconforts digestifs pourraient nous aider à déterminer si nous avons un bon ou un mauvais microbiote.
Ce que nous dit la recherche scientifique
À l'antithèse de ces articles, la recherche scientifique tient un discours beaucoup plus nuancé.
"À l'heure actuelle, c'est la seule façon d'opérer une telle distinction entre le « bon » et le « mauvais » microbiote."
Comment nourrir son microbiote ?
"Nous venons de le voir, l'ambition derrière le fameux « nourrir son microbiote » doit être celle de rétablir un certain équilibre au sein de la diversité de notre microbiote afin de permettre l'exécution des fonctions métaboliques essentielles à notre santé."
Aujourd'hui, les scientifiques peinent encore à savoir comment caractériser cet équilibre en fonction de l'individu, de son environnement, de son état de santé, etc.
Pour simplifier le tout sans rentrer dans des considérations techniques, nous n'avons rien trouvé de mieux que ce message vidéo clair et concis de Giles Yeo, chercheur en maladies métaboliques à l'université de Cambridge : manger des fruits et légumes en variant autant que possible les couleurs !