L’océan Arctique se réchauffe depuis plus longtemps qu'on ne le pensait
Planète
Pour expliquer la rapidité avec laquelle l'Arctique semble vouloir se réchauffer, les scientifiques invoquent, entre autres, un phénomène qu'ils ont baptisé atlantification. Un phénomène par lequel des eaux chaudes de l'Atlantique pénètrent les eaux froides de l'Arctique. Et des chercheurs nous apprennent aujourd'hui que le phénomène a débuté bien plus tôt qu'ils ne l'avaient imaginé.
Quelque part au nord de la Scandinavie, il est une région, dans la mer de Barents, où l'océan Atlantique entre en contact avec l'océan Arctique.
Un phénomène qu'ils pensaient assez récent.
Montrant ainsi une connexion entre les deux océans bien plus étroite que les scientifiques ne l'avaient imaginée.
Rappelons que tous les océans du monde se réchauffent actuellement sous l'effet du changement climatique anthropique.
Malheureusement, les données satellites ne remontent pas à plus de quarante ans.
Des modèles climatiques à revoir
Alors, les chercheurs se sont tournés vers des données géochimiques et écologiques inscrites dans les sédiments océaniques du côté du détroit de Fram, entre le Groenland et le Svalbard.
Ils ignorent toutefois encore le mécanisme qui se cache derrière de cette atlantification rapide.
Ils soulignent simplement une forte corrélation avec un ralentissement de la circulation méridienne de retournement atlantique (Amoc) dans la seconde partie du XIXe siècle.
Les chercheurs attirent également l'attention sur le fait qu'aucun modèle climatique ne reproduit l'atlantification précoce qu'ils ont mis au jour.
La glace fond et lorsque le pergélisol se mettra finalement à fondre lui aussi, il libérera une quantité de gaz à effet de serre qu'il avait stockée.