Planète
Un puits de carbone étonnamment puissant dans l’océan Austral
De trop nombreuses activités humaines sont à l'origine d'émissions de dioxyde de carbone. Heureusement, ce CO2 est partiellement absorbé non seulement par les plantes, mais aussi, par les océans. Ralentissant le réchauffement climatique anthropique. Et aujourd'hui, des chercheurs signalent que l'océan Austral pourrait bien être plus efficace encore en la matière qu'ils ne le pensaient jusqu'alors.
L'océan Austral est connu des scientifiques pour son efficacité à absorber de la chaleur et du dioxyde de carbone (CO2) en excès dans notre atmosphère.
Cette conclusion, ils la tirent de mesures effectuées depuis des avions de recherche au cours de la décennie écoulée.
Les données recueillies pendant les campagnes aériennes, quant à elles, ont permis de capturer le gradient vertical de CO2.
Les chercheurs racontent même comment ils ont pu voir les concentrations en CO2 diminuer de manière sensible à chaque fois que leur avion plongeait près de la surface de l'océan.
Travailler sur plusieurs campagnes réparties sur différentes périodes de l'année, le tout sur un intervalle de dix ans, a finalement permis aux chercheurs de reconstruire une image claire de la quantité de CO2 que l'océan Austral absorbe ou libère.
Mieux comprendre les puits de carbone
Globalement, sur une année, les chercheurs estiment que l'océan qui borde l'Antarctique n'absorbe pas moins de deux milliards de tonnes de CO2.
Mieux comprendre le positionnement et le fonctionnement des puits de carbone répartis sur notre Planète apparaît aujourd'hui crucial.
Les chercheurs du National Center for Atmospheric Research suggèrent ainsi qu'un programme régulier d'observations aériennes au-dessus de l'océan Austral pourrait, par exemple, aider à comprendre si la capacité de la région à absorber du carbone est en train de changer sous l'effet du réchauffement climatique.
Futura lance son tout premier Magazine papier !
Pour que cette aventure réussisse, Futura a besoin de vous.
Rendez-vous sur Ulule pour soutenir le projet et participer à son lancement.
Alors, prêts à embarquer dans le Mag Futura ?