Planète
Une nouvelle population de baleines bleues découverte par un détecteur de bombes nucléaires
Des détecteurs d'essais nucléaires dans l'océan Indien ont enregistré des bruits. Ceux-ci se sont avérés être les chants d'une population de baleines bleues pygmées, jusqu'alors inconnue.
L'étude dirigée par des scientifiques de l'Université de Nouvelles-Galles du Sud (UNSW Sydney), publiée dans Scientific Reports le 22 avril, explique l'incroyable découverte de cette nouvelle population de baleines.
La détection a été rendue possible par les microphones de l'Organisation du traité d'interdiction complète des essais nucléaires, organisme qui a pour rôle de détecter les explosions atomiques sur la Planète afin d'empêcher les essais nucléaires et le développement des armes.
« Je trouve génial que le même système qui protège le monde des bombes nucléaires soit mis à la disposition des chercheurs et permette à une foule de scientifiques de faire des recherches marines" », a déclaré Tracey Rogers, écologiste marine à l'UNSW Sydney.
Les sons produits par les baleines sont extrêmement puissants et peuvent parcourir des distances de 200 à 500 km, bien que leur fréquence très basse les rende difficilement audibles pour les humains.
Après la capture du chant, les chercheurs ont analysé sa structure, sa fréquence et son tempo.
Ils ont pu ainsi déterminer qu'il appartenait à des baleines bleues pygmées, et que ce chant n'avait jamais été précédemment enregistré dans la région.
Les baleines bleues, bien qu'elles soient les plus grands animaux du monde, restent aujourd'hui très rares, notamment à cause de la chasse, et difficiles à trouver car elles sont de nature recluse et se déplacent sur de vastes zones de l'océan.